A destination de Toamasina ou Tamatave

Rade foraine battue par la mer houleuse et les vents du large, coupée de l’intérieur par des lagunes et des marais pestilentiels, Tamatave a été pendant longtemps connu sous le nom de « tombeau des Européens ». L’étymologie du nom Tamatave, Toamasina donne lieu à plusieurs hypothèses. Pour certains, ce serait les Portugais qui l’auraient baptisé un jour de la Saint Thomas, pour d’autres, l’origine du nom reviendrait à Radama Ier. Le roi y aurait goûté pour la première fois de l’eau de mer et se serait écrié : « Toa masina! » « C’est salé ! ». La traite des esclaves était une grande source de profit. Les esclaves étaient en grande partie dirigés vers Tamatave. La plupart des conseillers de Radama se sont enrichis par ce commerce. L’enjeu commercial était tel qu’il incita Radama Ier à faire de Toamasina la principale fenêtre maritime de son royaume, au détriment de Majunga. Tamatave était autrefois un petit village de pécheurs. La rade formée par une incurvation de la côte ne présentait qu’un abri insuffisant et son étendue peu considérable partait de la pointe Hastie à la pointe Tanio Construite sur un sol sablonneux, elle n’était qu’une agglomération de bâtiments vétustes et de cases aux toits en feuilles de ravenala. Le cyclone du 3 mars 1927, dont le souvenir demeura longtemps ancré dans la mémoire des Tamataviens, transforma la ville en un amas de ruine. Les vents atteignirent les 200 kilomètres à l’heure et un raz de marée de 2,80 mètres balaya la ville. De ce désastre, grâce à la volonté de ses habitants et à l’aide en particulier de l’île Maurice qui fit un don de trente millions ,une ville neuve coupée de larges avenues allait reparaître. En moins de quatre ans, des bâtiments administratifs, le tribunal, la gare des Manguiers, la cité Dupleix remplacent les ruines. Le Warf en ruine ne servait pratiquement plus depuis 1911. D’une longueur de 300 mètres construit par Levallois-Perret en 1900, il était relié par deux voies d’un mètre avec les magasins de la pointe Hastie. De là une voie se prolongeait jusqu’à la gare d’Ivondro. En ruine, il est remplacé par un port qu’un consortium Franco-Allemand réalisa à partir de 1929.En aout 1934 le  »Maréchal JOFFRE » fut le premier navire à accoster au Mole B permettant pour la première fois aux voyageurs de débarquer directement à terre. Le 12 janvier 1936 en présence du Gouverneur Général CAYLA le  »Porthos » long courrier des messageries maritimes inaugure les installations portuaires.  Tamatave est la deuxième ville de Madagascar et son port est le premier et le mieux outillé de l’île.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *