La Journée Internationale des droits de la femme

La Journée Internationale des droits de la femme, le 8 mars 2019. Une journée particulièrement chargée pour l’État malgache, le système des Nations Unies et un peu près toutes les personnes s’intéressants de près ou de loin à cet évènement. N’étant pas du sexe féminin, je pensais vous expliquer le déroulement de cette journée par le biais des femmes qui ont marqué cette journée ; par leurs discours ou par narration des médias ou d’autres sources. Mialy Rajoelina, « Je suis prête à combattre les violences perpétrées envers les femmes ». « La fondatrice de l’association « Fitia » pense, en outre, que les femmes devraient avoir leur place au soleil. De ce fait, il s’avère nécessaire qu’elles se battent contre la discrimination et les violences et ne se laissassent pas faire. La Première Dame estime ainsi que l’État devrait assumer ses responsabilités notamment par rapport aux violences subies par les descendantes d’Ève. Mialy Rajoelina reste d’ailleurs convaincue que ces dernières ont un rôle à jouer quant au développement du pays. Il s’agit de la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes. Il est donc indispensable que leurs idées et leurs expériences interviennent également dans la conception et la mise en œuvre de la société de demain. » Signé, l’Express de Madagascar. Quoi que l’on dise la femme a une place dans ce monde. Comme l’a dit le présentateur de clash info dans l’édition 199 : « les femmes ne sont pas venues sur terre pour faire la lessive, nettoyer le carrelage ou faire à manger ». La compréhension de la place de la femme comme égale à l’homme n’est pas réservée qu’aux féministes. Et surtout nous ne devons pas le faire pour un quelconque intérêt, mais parce que tout le monde doit jouir de ses droits. « Le carnaval qui a eu lieu place Rabemananjara, la dédicace du magasin malagasy Éthanol à Mahajanga et la conférence « Viable Success » et le programme de reconnaissance « Bonne année » organisé au Complexe Sportif Enrique. « Les devoirs et les responsabilités des femmes pour le développement de la nation » sont les piliers de la célébration de la journée des droits de la femme cette année.À Mahajanga, au cœur de la Journée internationale des droits de la femme, sous la direction de Mialy Rajoelina, le 8 mars 2019. Divers évènements ont été marqués par la journée internationale. » Le Système des Nations Unies à Madagascar n’est pourtant pas en reste. Avec le thème « Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement », « organisée à Mahajanga avec l’appui des agences du @Système des Nations Unies à Madagascar et d’autres partenaires au développement, 4 événements clés sur 4 sites différents marquent la célébration nationale de la journée internationale de la femme à Mahajanga: la rencontre des représentantes des femmes des 22 régions et des acteurs engagés pour la promotion du genre, le plaidoyer en faveur de la promotion du genre avec des membres du gouvernement, les autorités et les partenaires de développement , le focus sur les histoires de succès des femmes malagasy et la foire Magnagny mahefa ODD 5 » écrit l’UNFPA Madagascar. Un évènement qui n’aurait jamais été pareil sans les 2000 femmes invitées, dont le coordinateur résident du système des Nations unies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *